Première répétition des « naufragés » Toan’co et Anne-Véronique Herter – Evénement ! Audio

Par défaut

La semaine dernière, j’ai participé à une journée appelée Fulgurance, organisée par Olivier Bas et coachée par Jérôme Attal, Au studio des Variétés à Paris.

L’idée étant de nous aider à comprendre comment raconter une histoire en chanson, marier une mélodie à des paroles qui restent en tête.

Je ne vous expliquerai pas la méthode de Jérôme au SDV, mais je vous encourage vivement à vivre cette journée. C’était magique.

Dans l’après midi, j’ai donc rencontré Antoine Cognet, avec qui je devais écrire ma première chanson.

Olivier, sachant que je n’avais jamais écrit ce type de texte, que je ne chante pas (enfin si, mais chez moi très fort et très mal) et que je ne joue pas d’instrument (à part du piano mais je ne peux rien faire du Claire de lune de Debussy ou de la Pavane de Fauré, je ne suis pas Gainsbourg), a eu l’instinct de me faire travailler avec Antoine, également appelé (Toan’co) un musicien charismatique et brillant, et habitué à écrire ses propres textes et ses propres musiques. Tout comme moi, il n’avait jamais écrit un texte à quatre mains.

Nous avions trois heures pour imaginer, construire et créer une chanson. Aiguillés par nos coachs, nous n’avons pas perdu de temps. Cette première collaboration a été un truc de fou. Antoine et moi nous sommes retrouvés dans les mêmes émotions, les mêmes envies, avec nos différences évidemment (le premier qui dit différence d’âge peut sortir). La magie vient peut être de là.

Il a vite trouvé la mélodie et, ensemble, nous avons construit cette histoire, que je vous raconte ici, avec son autorisation.

Il s’agit de l’enregistrement fait avec mon téléphone d’une des premières répétitions de la chanson finalisée. Donc nous ne sommes pas tout à fait au point (enfin lui si, écoutez sa voix…, mais pas moi, c’est la première fois que je « chantais/parlais » en musique. Indulgence mes amis). Et nous avions une dead line de trois heures. Avec plus de temps, elle sera plus abouti. J’aime la musique le texte, et le mélange de nos deux voix.

Je  pense qu’Antoine en fera quelque chose de formidable et qui sait, vous l’entendrez peut-être un jour ailleurs que sur mon blog ?

Après mes romans, mes textes courts, mes sculptures, mes textes lus, voilà que j’écris une chanson et que je fais un duo. Je me cherche on dirait. Celui qui me trouve…

Surtout dites-moi si vous aimez, dites-moi que vous aimez, et ne quittez pas des yeux et des oreilles Antoine Cognet (Toan’co) il est probable que je vous en parle encore jusqu’à ce que vous n’ayez plus besoin de moi pour en parler.