Mes mots en argile (suite)

Par défaut

Pour ceux qui me suivent et me connaissent un peu, vous le savez : j’explore l’argile pour raconter des histoires, depuis que la vie a posé un bout de terre entre mes mains et m’a proposé de le modeler.

J’ai modelé mes premiers mots dans un endroit reposant en novembre dernier, et je suis rentrée chez moi quelques semaines après, riche de cette découverte. Cela n’a pas été simple de me confronter de nouveau à la réalité. Et encore aujourd’hui, la réalité souvent m’effraie. Alors, je pose mes mains sur l’argile, je glisse mes doigts dans la terre, je la masse, la malaxe, la caresse et la forme. Je la laisse parler pour moi. Depuis que j’ai quitté cette maison retirée, et que je suis revenue ici, je réalise que j’ai beaucoup modelé.

Bien sûr la terre n’a pas la même qualité que celle de ma maison de repos, car ce n’est pas de l’argile à cuire au four, j’ai acheté des terres de plus ou moins bonnes qualités, qui se sculpte moins bien, qui sèche plus vite.

Tout n’est pas parfait. Rien n’est parfait. Tout est parfait.

Voici mon petit bilan d’une année scolaire, la tête sous l’eau, les pieds sur terre, les mains dans la terre.

Après la première série :

2016-12-07-11-17-38

Voici mes nouveaux mots, croisés sur les réseaux sociaux.

Je vous laisse comprendre l’histoire qu’ils racontent…

 

 

 

La seconde période complète :20170625_112705

de novembre 2016 à Juin 2017, voici tous mes mots en argile.

Je suis heureuse de pouvoir m’exprimer ainsi. Cela complète mon besoin d’écrire. Cette découverte fait partie des belles choses de cette année et il y en a eu. J’avais encore envie de les partager…

20170625_113020

TU ES LA MEILLEURE ! grand oral, Audio

Par défaut

Aujourd’hui commencent les épreuves du bac. Etant une mère poule excessive et insupportable, j’ai écrit ce texte à l’occasion d’un des célèbres ateliers d’écriture de Leiloona sur son blog Bric à Book.

J’ai eu envie de vous le lire aujourd’hui, en hommage à nos chères petits anges qui nous supportent.

Pour une fois que je vous propose un texte plutôt amusant, faites-vous/moi plaisir, écoutez le et dites-moi ce que vous en pensez en commentaire sur cette page !

PS : La photo d’illustration est la seule que j’ai trouvée qui dirait « ouai super !  » indulgence…


 

Première répétition des « naufragés » Toan’co et Anne-Véronique Herter – Evénement ! Audio

Par défaut

La semaine dernière, j’ai participé à une journée appelée Fulgurance, organisée par Olivier Bas et coachée par Jérôme Attal, Au studio des Variétés à Paris.

L’idée étant de nous aider à comprendre comment raconter une histoire en chanson, marier une mélodie à des paroles qui restent en tête.

Je ne vous expliquerai pas la méthode de Jérôme au SDV, mais je vous encourage vivement à vivre cette journée. C’était magique.

Dans l’après midi, j’ai donc rencontré Antoine Cognet, avec qui je devais écrire ma première chanson.

Olivier, sachant que je n’avais jamais écrit ce type de texte, que je ne chante pas (enfin si, mais chez moi très fort et très mal) et que je ne joue pas d’instrument (à part du piano mais je ne peux rien faire du Claire de lune de Debussy ou de la Pavane de Fauré, je ne suis pas Gainsbourg), a eu l’instinct de me faire travailler avec Antoine, également appelé (Toan’co) un musicien charismatique et brillant, et habitué à écrire ses propres textes et ses propres musiques. Tout comme moi, il n’avait jamais écrit un texte à quatre mains.

Nous avions trois heures pour imaginer, construire et créer une chanson. Aiguillés par nos coachs, nous n’avons pas perdu de temps. Cette première collaboration a été un truc de fou. Antoine et moi nous sommes retrouvés dans les mêmes émotions, les mêmes envies, avec nos différences évidemment (le premier qui dit différence d’âge peut sortir). La magie vient peut être de là.

Il a vite trouvé la mélodie et, ensemble, nous avons construit cette histoire, que je vous raconte ici, avec son autorisation.

Il s’agit de l’enregistrement fait avec mon téléphone d’une des premières répétitions de la chanson finalisée. Donc nous ne sommes pas tout à fait au point (enfin lui si, écoutez sa voix…, mais pas moi, c’est la première fois que je « chantais/parlais » en musique. Indulgence mes amis). Et nous avions une dead line de trois heures. Avec plus de temps, elle sera plus abouti. J’aime la musique le texte, et le mélange de nos deux voix.

Je  pense qu’Antoine en fera quelque chose de formidable et qui sait, vous l’entendrez peut-être un jour ailleurs que sur mon blog ?

Après mes romans, mes textes courts, mes sculptures, mes textes lus, voilà que j’écris une chanson et que je fais un duo. Je me cherche on dirait. Celui qui me trouve…

Surtout dites-moi si vous aimez, dites-moi que vous aimez, et ne quittez pas des yeux et des oreilles Antoine Cognet (Toan’co) il est probable que je vous en parle encore jusqu’à ce que vous n’ayez plus besoin de moi pour en parler.

 

 

Prudence, amoureuse. Audio

Par défaut

Le 6 mai nous fêtons les Prudence. Bonne fête aux Prudence !  Non, je ne donnerai pas la météo, en revanche, je souhaite vous dévoiler un joli trait de ma Prudence. Lorsqu’elle aime et qu’elle est heureuse. Prudence, amoureuse…

couverture-et-4eme-prudence-rock

Ambre, une femme en France, Audio

Par défaut

Ambre, ma fille a 14 ans cette semaine. Pour elle j’ai eu envie de reprendre ce texte, écrit pour un atelier de Leiloona dont voici le lien, Sur une photo de ©Marion Pluss, que j’aime énormément.

Nous devions écrire sur le sexisme.

Bonne écoute. N’hésitez pas à me laisser un commentaire si vous avez aimé ou pas.


Ambre, une femme en France