LES LECTURES DE JEAN #2 : TOUT FOUTRE EN L’AIR D’ANTOINE DOLE

Par défaut

TOUT FOUTRE EN LAIR Introduction by AVHerter : « Je dois me confesser… J’ai fait un excès de Zèle… Je vous avais promis un billet de mon fils ado, en plein cœur de cible. Je l’ai harcelé pendant des jours, en sautillant de joie et chantonnant :

« Tu vas lire et chroniquer un livre d’Antoine Dole ! Tu vas lire et chroniquer Antoine Dole, Lalalère, lalalère ! »

Il m’a fixé de son regard bienveillant au départ, puis amusé, puis agacé, puis inquiet.

Je l’ai quasi-ligoté sur sa chaise pour qu’il le lise. Je sais, ce n’est pas beau… J’ai honte. Mais, là où je suis heureuse, c’est que j’ai eu raison : Il a aimé, vraiment aimé !  Je veux dire que je n’ai pas eu le droit à un « Oui… C’est pas mal… » Non. J’ai eu le droit à un « Wahouuuu. Vachement bien. Ah si….Franchement »

Confortée par le fait que j’avais raison, mon harcèlement a repris…

« Tu fais quand ta chronique ? Tu fais quoi ? Ah tu as fini ton travail c’est bien. Tu révises tes contrôles communs ? Parfait… Tu pourrais faire une pause et écrire ta chronique, si tu veux ?

Résultat, je l’ai braqué, agacé, et fatigué… Il a bien essayé de le faire, ce billet. Je le jure, il a beaucoup de patience avec sa mère harcelante… beaucoup. Mais, je me rends compte à quel point c’est difficile de faire une chronique tout seul, sur un livre tel que Tout foutre en l’air. Et c’est vrai que moi aussi j’ai eu du mal à trouver les mots. Alors nous avons fait un pacte.

Et je vous promets que Jean était complètement d’accord pour toper-là :  Nous allions écrire ce billet ensemble…

Moi (AV), la lectrice dès que possible et écrivain quand l’inspiration passe par ici, la jeune fan de 40 ans d’Antoine Dole que j’ai découvert il y a peu de temps avec Je reviens de mourir, un livre que j’aime d’amour je crois, parce que j’aime bien les claques quand elles sont habillées par des mots forts parfaitement choisis, tranchants et sans concession.

Lui (JL), le jeune de 15 ans, le lecteur des BD à frôler l’indigestion, le lecteur sans contrainte qui est capable de lire tout ce qui passe (en français même en anglais. Fière…) du moment que ce n’est pas imposé par le lycée… ou par sa mère (sic…)

De quoi ça parle ?  

Actes Sud Junior Antoine dole Tout foutre en l’air

Lorsqu’elle rencontre Olivier sur internet, elle a enfin le sentiment de pouvoir tout partager avec quelqu’un. Ses pensées les plus secrètes, ses peines parfois aussi. Mais bientôt, l’emprise qu’exerce ce garçon plus âgé sur elle grandit. Au point de s’enfuir ensemble, d’être prête à le suivre n’importe où et jusqu’au bout.

Tadaaaaa, à nous deux, Nous sommes heureux et fiers de vous présenter ici 

Notre première chronique commune….


Premiers avis

AV : Tout foutre en l’air est un livre à lire. Jeune et moins jeune. Parce que son rythme est enlevé, parce qu’il se lit comme une urgence, parce que je me suis retrouvée dans la peau de cette jeune femme aveuglée par un amour illusoire, et parce que son évolution, sa prise de conscience, son réveil sont magnifiquement travaillés par Antoine Dole.

JL : J’ai été impressionné par le format, et l’entrée soudaine dans l’intrigue, sans une préparation comme on en trouve généralement dans les livres qui plantent le décor avant d’entamer l’histoire. C’est une bonne idée car cela offre la possibilité au lecteur de planter le décor qu’il souhaite, et le contexte qu’il imagine. Antoine Dole nous embarque sans prévenir dans une fuite sans issue.

Je me suis immédiatement attaché à l’héroïne, et aussi inquiété pour elle.

Je ne l’ai pas posé avant de l’avoir fini.

Nos impressions en cours de lecture

AV : C’est un livre à lire et à relire. Je l’ai dévoré, comme si j’avais sauté un repas et que la faim me tiraillait. Je me suis jetée sur ses mots, surexcitée d’avoir mon précieux entre les mains.

Et je l’ai refermé avec un goût de trop peu. Un peu frustré de ne pas en avoir eu davantage.

JL : Le suspens m’a fait réfléchir tout au long du livre, et ce, jusqu’à la dernière page : j’imaginais une fin, puis une autre, puis je revenais à ma première idée, et cela ma vraiment accroché.

Pourquoi on l’aime ?

AV : Les phrases sont haletantes, le stress est palpable. Je ne vous dirai pas comment l’histoire fini. Mais jusqu’à la fin j’ai été inquiète d’un dernier rebondissement.

Antoine Dole arrive à supprimer toute complexité autre que la trame elle-même.

Il va à l’essentiel et c’est vraiment sa force pour moi. Ses mots sont des poignards.

JL : Je suis totalement d’accord avec AV pour le stress, l’inquiétude, les mots.  L’écriture d’Antoine Dole est magique. Cette émotion retransmise est absolument incroyable.

Je ne suis pas ressorti indemne de cette lecture.

En conclusion

AV : Je ne forcerai plus jamais Jean à lire un livre, mais je trouverai un autre moyen pour lui faire comprendre que parfois certaines lectures ne sont pas à éviter. Et pour moi Tout foutre en l’air en fait partie.

A présent, je vais probablement rentrer dans une phase de conversation plus intime avec mon fils, pour savoir ce qu’il a gardé des sujets soulevés, au cœur de notre société, à savoir les influences, les apparences, la violence, les choix extrêmes, et surtout notre capacité à tous, à pouvoir dire non, à savoir rejeter un choix qui ne serait pas judicieux et à avoir confiance en la vie, avant toute chose…

JL : Je pense que je vais, maintenant, lire plus de livres « jeunesse ». Je me faisais de fausses idées sur ces livres, mais je me rends compte grâce à Tout foutre en l’air qu’ils peuvent être bien plus sérieux et forts que ce que je pensais. D’ailleurs, si vous avez des livres à me conseiller (Maman sera contente que cela ne vienne pas d’elle…) je serais ravi de les entendre.

En conclusion, ce livre est un tournant dans ma vision de la littérature actuelle.

Merci à Antoine Dole pour ce livre, à lire évidemment. Et si nous ne vous avons pas convaincu, nous en sommes évidemment désespérés car nous avons TOUT mis pour faire ce billet, vous vous en doutez… (+ la mauvaise foi d’une mère, sa culpabilité, son harcèlement etc.),

Mais, comme il n’est pas question de ne pas lire Tout foutre en l’air, et comme nous sommes Grand-Seigneurs, nous laissons la place à des critiques écoutés et respectés, dont la réputation n’est plus à faire, et qui sauront, eux, trouver les mots, j’ai nommé  :

Stephie, Noukette, Jérôme, Leiloona, L’Irrégulière, Sophie

Les Lectures de Jean #1 : 14-14 de Silène Edgar et Paul Beorn

Par défaut

Les Lectures de Jean14-14 Couverture

Aujourd’hui, on est le 11 novembre.

Quoi de mieux pour parler d’un livre sur la première guerre mondiale ?

En fait, ce livre ne parle pas réellement de la première guerre mondiale, c’est un échange de lettres entre un jeune adolescent de 13 ans, Adrien, et un autre garçon du même âge, Hadrien. Le problème, c’est qu’Adrien vit en 2014 et Hadrien, en 1914.

Leur correspondance commence le 1er Janvier 2014 : Adrien doit envoyer une carte de vœux à son cousin Hadrien, qu’il n’a pourtant vu qu’une seule fois.

Au moment de poster sa lettre, il remarque qu’il y a une étrange boîte aux lettres de la Poste, bleue et rouillée, qu’il n’a pourtant jamais vu, au coin de la rue. On apprend que cette lettre n’est pas arrivée à son cousin mais à Hadrien, en 1914 !

Au fil de l’histoire, ils se racontent leurs soucis en cours, leurs problèmes de cœur et deviennent petit à petit très amis.

Malheureusement, Adrien se rend compte que la guerre va être déclarée pour Hadrien qui ne le sait évidemment pas…

Ce livre est destiné aux jeunes (c’est pourquoi je l’ai lu) et il est donc plutôt simple à lire. En fait, c’est le livre que j’ai lu le plus rapidement proportionnellement à son nombre de pages (349 pages). Il m’a vraiment passionné.

J’ai trouvé que le fait de comparer la vie de deux adolescents de deux époques différentes était très intéressant. On se retrouve facilement dans les personnages (forcément plus dans Adrien que dans Hadrien) et ça rajoute un côté très prenant à l’histoire : on a envie de savoir s’ils vont s’en sortir, s’ils vont réussir à faire ce qu’ils veulent…

Et en plus de tout cela, on a un roman qui parle de l’actualité et qui va très bien avec tous les reportages et les documents retrouvés sur la première guerre mondiale !

En conclusion, j’ai beaucoup aimé ce livre pour son originalité contrairement à la plupart des autres romans « ados » qui se répètent mais aussi pour son côté prenant. Je le conseille à tout le monde, adultes, ados ou enfants.

Jean

 

P.S. : Ci-dessous un petit sondage pour savoir si cette rubrique vous intéresse. Si vous avez le temps, n’hésitez pas à y répondre. Merci :)