ATELIER D’ECRITURE BRIC A BOOK #57

Par défaut

Voici un nouveau texte pour l’atelier de Leiloona. Quel plaisir de retrouver le chemin de l’atelier ! Pour voir tous les textes, c’est ici !  Le mien est juste là, n’hésitez pas à y laisser un petit mot en commentaire en dessous…


 

Il m’a demandé de compter jusqu’à mille, puis de m’avancer d’un pas. C’est beaucoup, mille. J’essaye de ne pas aller trop vite pour ne pas tout gâcher, mais c’est difficile. J’ai hâte de connaitre sa surprise. Il m’a dit que ça valait le coup. Je verrai bien. Le masque de sommeil qu’il m’oblige à porter n’empêche pas le vent de passer. Je ressens sa caresse sur mon visage, mais je n’ai aucune idée du lieu où je me trouve. Suis-je sur un bateau ? Le sol bouge sous mes pieds. Peut-être veut-il me faire le coup du Titanic. « Jack ! Je vole ! « . Il est si romantique.

459

James m’a traînée avec lui, les yeux fermés, toute la journée. Je suis restée accrochée à son bras depuis des heures. J’essaye de tendre l’oreille, mais le casque vissé sur la tête, avec du Hard Rock à fond, m’empêche de capter le moindre indice. Il ne faut pas que je triche. Nous avons marché longtemps dans la rue, nous sommes montés dans une voiture. Il me semble qu’il parle à quelqu’un. Ce doit être un complice pour sa surprise. Mon frère ? Ma meilleure amie ? Impossible, pour l’instant personne ne le connait dans mon entourage. On préfère vivre encore un peu caché. C’est son idée, mais il a raison : nous nous préservons du reste du monde.

632

Il est tellement spontané. Je ne le connais que depuis quatre semaines, mais notre rencontre a tout changé. Ce fut un vrai coup de foudre. Avant lui, je n’étais rien d’autre qu’une femme riche, mais seule, sans amour. Depuis qu’il est là pour moi, ma vie est un conte de fées.

756

Quand je pense qu’il s’appelle James Tong. C’est trop drôle ! Mon agent très secret n’est pas que beau, il a beaucoup d’humour aussi. Avec un nom pareil, on est obligé d’en avoir. Il ne s’intéresse pas à l’argent, ce qui me change des personnes qui me tournent habituellement autour. Il m’aime pour moi. Il m’aime… Comme il est doux de réaliser qu’il éprouve ce noble sentiment pour moi. Juste pour moi. Je vole…

887

Cela fait quelques minutes que je ne ressens plus sa présence. Il n’y a plus de vie autour de moi, c’est une impression étrange. Il garde mon sac à main pour que je sois plus à l’aise pour me tenir à la rambarde. J’arrive à la fin du compte à rebours. Je suis surexcitée, j’ai le trac. Je suis prise par le vertige de l’inconnu, c’est grisant.

901

Je dois me lâcher, faire confiance en la vie, accepter de ne pas tout maîtriser. Tout le monde me le dit. Je progresse, on dirait. Je n’aurais jamais joué le jeu auparavant. Mais aujourd’hui je suis prête à tout. Avec James, je suis sereine, il ne me laissera jamais tomber, il veille sur moi, sur nous. Il nous souhaite le meilleur, c’est évident.

L’amour me donne des ailes.

999

Le meilleur reste à venir. C’est le moment d’y croire. J’avance les yeux fermés, je saute le pas.

Je vole vraiment.

 

30 réflexions sur “ATELIER D’ECRITURE BRIC A BOOK #57

  1. Amor-Fati

    Tout d’abord, avant même de lire, je voudrais te dire le plaisir que j’ai de voir ton nom dans la liste des participants, toi que je suis au jour le jour sur FB… Heureux de te retrouver ici…
    Maintenant, je remonte lire…

    J'aime

      • Amor-Fati

        Oui, et je suis heureux que tu renaisses. Je te suis en silence, je regarde ta remontée à la surface, tes sculptures et modelages si touchants… tes photos de salons. Et merci de ton retour ici.

        J'aime

      • J’ai partagé ma descente en enfer. Je partage ma remontée et j’écris mon prochain livre sur le sujet. Pour expliquer aussi comment je suis tombée (pour l’éviter) et comment je reviens à la vie. J’ai toujours écris mes sentiments je ne sais pas faire autrement. Ce texte pour l’atelier était une bouffe d’air ( pas pour mon héroïne la pauvre)

        J'aime

  2. Naïve, really ? J’ai comme un doute, vu le lexique qu’elle emploie à double tranchant (quelqu’un qui « traîne » sa duclinée, n’est-ce pas déjà montrer qu’elle connaît ses intentions ?)
    Bref, j’ai plus lu ton texte sur l’ambiguïté du sentiment amoureux, entre clairvoyance et aveuglement, mais je ne l’ai pas vue comme une fille complètement candide (vu son passé.)
    Bien mené en tout cas, surtout avec ces chiffres qui miment l’avancée.

    Aimé par 1 personne

  3. adèle

    Un texte cruel, comme ce bel amant. Dieu ce qu’on peut être bête quand on aime, et surtout aveugle quand on a tant besoin d’être aimé ! Tellement triste, cette faille en elle .

    NB et un peu sourde si elle n’a pas deviné être dans un train ! ;)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s