ATELIER D’ECRITURE BRIC A BOOK #55

Par défaut

Je n’avais pas participé aux ateliers de Leiloona depuis Janvier. J’en avais envie depuis longtemps, mais je ne savais plus écrire comme cela. Cette photo a fini de m’inspirer.

En route !

Voici mon texte. N’hésitez pas à y laisser un petit mot en commentaire sur mon blog.

Pour voir tous les textes, c’est ici !


Le bon vieux temps

Une route bien pavée, sans embouteillage, dégagée, heureusement.
Des arbres ombragent la départementale, une ligne droite, sans excès, vitesse limitée.
Tout est bien.
Le ciel est clair, le soleil ne se cache pas, il assume ses rayons que l’on ne craint pas. Pas encore. Pas de nuage, pas de pluie, pas de brume, pas d’ennuie, la vie est belle. Pour l’instant.
Tout va bien.
Dans ma petite voiture, nous avançons sereinement, avec insouciance et douceur; on aime la vie, tout simplement. La musique balance nos têtes, mes doigts pianotent le volant. Nous sommes seuls, des géants immortels, inébranlables, rois du monde, de la route et des tournants. Les yeux fermés, nous, on avance . Le chemin fonce, droit ou courbé, finalement il suffit de suivre le tracé.

Pas d’appui tête, manque un rétroviseur, pas de ceinture à l’arrière, pas de rehausseur, pas de téléphone, pas de wifi, pas de connexion, pas de GPS, pas de soucis. C’est un temps à mâchouiller une brindille en  sifflotant du Montant.
On part quand on part, on arrivera quand on pourra. On s’arrête pour le déjeuner, pour la nuit. On prend la route quand on veut, même si on a bu, on avance comme on peut. Tant que les yeux et les fenêtres restent ouverts on peut bien aller de l’avant.
Tout est bien.
On se perd, on s’engueule, on plie la carte, on la déplie, on fume dans la voiture, on enfume les enfants entassés à l’arrière, avec les bagages et le chien dedans. Le chat se promène à l’avant. Rien de déroutant, et pourtant.
Pas d’airbag, pas d’ABS, pas de contrôleur de vitesse, pas de radar automatique, on se fait flasher par les voitures bleues garées sur le bas côté : La vie est un jeu.
Ça le vaut bien.
Pas de panne électrique, pas de coyotte, moins de stress. Une petite coccinelle faite pour plaire, toute légère, une carrosserie si fine qu’on la plie en un rien.
Pleine de charme, toute en nostalgie.

Comme c’était bien.

Pas vraiment. La légèreté, c’est parfois pesant : Un lapin qui traverse, un rire d’enfant qui surprend, une carte mal pliée, un sursaut, et la coccinelle dans le fossé se retrouve froissée.

Finalement, tu vois, la carte postale est jolie, mais je préfère maintenant.

22 réflexions sur “ATELIER D’ECRITURE BRIC A BOOK #55

    • Merci Manue. Nous mettions la journée pour une route que l’on fait en quatre heures maintenant. Nous prenions le temps de faire un détour, nous nous arrêtions pour déjeuner aux forges de Paimpon dans un cadre charmant, petit menu brasserie et son vin bien sur, pour les parents. De beaux souvenirs… quatre enfants sans ceinture et le labrador à l’arrière. J’étais parfois sur les genoux de mon frère… Impossible aujourd’hui. Mais quels beaux souvenirs.

      J'aime

      • Manue Rêva

        Nous descendions nous de Nantes jusqu’à Amélie les Bains … la voiture en mode camping car derrière pour que ma soeur et moi puissions dormir allongées, maman avait fait des petits rideaux à fleurs bleues. Nous partions de nuit et au petit matin le soleil du sud commençait déjà à chauffer. Petit déjeuner sur le bord de la route ou dans un petit village ! De beaux souvenirs aussi !!!

        Aimé par 1 personne

  1. Valérie

    Un texte entre celui de Jos et d’Adèle, un retour dans le passé et notre enfance où effectivement les comportements au volant étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. On prenait le temps, on s’entassait, la ceinture n’était pas obligatoire…. moins de sécurité bien beaucoup de plaisir. Merci à toi et bon retour!

    Aimé par 1 personne

    • Merci Valérie ! Effectivement les choses étaient différentes. Mieux parcequ’en souvenir l’enfance, quand elle est heureuse, est un idéal sans retour. Je ne regrette pourtant pas les cigarettes de mon père dans la voiture. Le reste, si !

      J'aime

  2. Je vois que je ne suis pas le seul à avoir du mal avec mon écriture… Ce texte sent bon la nostalgie, un sentiment qui m’habite de tant à autre en repensant à quelques beaux voyages…

    J'aime

  3. adèle

    Un beau texte à grande puissance évocatrice.
    Souvenir de bouchons en Provence, voitures a l’arrêt, tout le monde descend pour bavarder, ça sent les pins, et on entend les cigales.
    Mais 15 000 morts par an et les habitants de Mazamet couchés dans la rue dans une émission de télé pour représenter ce carnage !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s