UNE PHRASE, UN TEXTE ! 6

Par défaut

Voici ma nouvelle participation à l’atelier d’écriture de Fanny.

Le but est d’écrire un texte à partir d’une phrase tirée d’un livre plus ou moins connu.

Pour découvrir toutes les participations, cliquez ici

Cette semaine, Fanny nous propose un extrait de Laura Kasischke, tiré du livre Un oiseau dans le blizzard, qui a été adapté au cinéma. Voici :

 Le téléphone sonne un matin pendant que je me prépare pour aller au lycée; je suis en train de tirer mes collants jusqu’à ma taille, en sautillant dans la salle de bains pour faciliter l’opération .

Et bien c’est parti ! tentons quelque chose… (n’hésitez pas à commenter pour me dire si vous avez aimé ou pas)


Un-oiseau-blanc-dans-le-blizzard-de-Laura-Kasischke

–  Tout va bien, calme-toi. Bois un peu, respire et assieds-toi. Voilà. Quand tu es prête, raconte-moi ce qui s’est passé. Depuis le début.

 Il la regarde trembler sur sa chaise en buvant par petite gorgée l’eau fraîche qu’on lui a apportée. Elle est terrorisée. Depuis combien de temps attend-elle dans le noir comme ça ? Tout cela reste invraisemblable. Ses yeux la brûlent, elle regarde ses pieds, ses collants filés. Ses mains tremblent. Elle respire fort. Le regarde, s’interroge, il lui sourit, prépare son stylo, son papier, se cale sur sa chaise et attend. Elle se calme.

 – Le téléphone sonne un matin pendant que je me prépare pour aller au lycée ; je suis en train de tirer mes collants jusqu’à ma taille, en sautillant dans la salle de bains pour faciliter l’opération. Je l’entends sonner de loin, mais je ne me sens pas concernée, maman est en bas, elle va répondre. Il sonne plusieurs fois, mais maman ne répond pas. Puis plus rien.  Une fois ma toilette terminée je m’attaque au maquillage, le rimmel, l’eye-liner tout va bien, quand tout à coup le téléphone sonne à nouveau. Ça me surprend tellement que j’en viens à dépasser ! ça ne m’arrive jamais. Je râle, je m’agace, je nettoie, la sonnerie retentit encore et encore, mais maman ne répond toujours pas.  Je crie un coup « Maman ! téléphone ! je suis dans la salle de bain ! » Rien à faire ça ne sonne toujours.
Je m’énerve, je sors de la salle de bain et je décroche le téléphone du couloir en courant, en me disant aussi que ce serait cool que celui qui appelle n’ait pas raccroché au moment où j’arrive.

Je dis — allo ?

J’entends — allo ! Emma ?

Je dis – Oui ! qui est à l’appareil ?

J’entends — C’est maman, ma chérie !

Au début je ne comprends pas. – Mais tu es où ?

– Je ne peux pas te dire. Mais écoute-moi bien, c’est important, d’accord ?

Qu’est-ce que je peux répondre ? Je commence à avoir peur, il y a quelque chose d’étrange, ce n’est pas normal. Sa voix vient de loin, elle doit être près d’un train, et j’entends le vent aussi, le son est saccadé, tout est embrouillé.

Je réponds – oui, mais qu’est-ce qui se passe ? J’ai peur maman ! Tu es où ?

– Ne t’inquiète pas. Tout va bien. On est venu me chercher. Ils ne sont pas méchants, mais je dois partir avec eux. Je n’ai pas le choix. Il faut que tu appelles ton père, dis-lui que ça a recommencé. Dis-lui qu’il doit s’occuper de toi. Je reviendrai ne…

Et ça raccroche ! Je crie Allo Allo qui est venu te chercher ? Allo ! plusieurs fois, mais comme je n’entends plus rien, je laisse le combiné. Du coup, je fais le tour de la maison, je regarde partout, je ne vois rien. J’essaye d’appeler papa, mais il ne décroche pas non plus.  Maintenant qu’ils sont séparés, papa n’est jamais chez lui. Le chien aussi était parti d’ailleurs. Ça m’étonnait qu’il n’ait pas aboyé !

 Elle se met à regarder furtivement partout, comme pour chercher le chien une dernière fois. Depuis le temps, s’il était là, il aurait réclamé à manger ou à boire. Elle le réalise. Son regard revient sur lui. Ils s’accrochent par les yeux, et ne se lâchent plus. Elle attend une réponse. Lui aussi.

J’ai pris peur vous comprenez ? Je ne sais pas depuis combien de temps j’attends. J’ai fermé les volets du bas et la porte à clé. Je me suis installée dans ma chambre avec des gâteaux et de l’eau, et j’appelle papa régulièrement. Mais il ne répond toujours pas. Je guette par la fenêtre de là-haut, la nuit. Les voisins ont sonné plusieurs fois, des copines de classe aussi. Mais je n’ouvre à personne, c’est trop bizarre. C’est eux qui vous ont prévenu, n’est-ce pas ? Ce sont les voisins ?

–  Mmh ? Oui c’est ça, ce sont les voisins. Dis-moi Emma, y avait-il quelque chose de louche dans la vie de ta maman ? Es-tu bien certaine de ne rien savoir ? De n’avoir rien remarqué ? Penses-tu vraiment qu’elle aurait pu te cacher quelque chose qui la pousse à t’abandonner ?

– Elle ne m’a pas abandonnée puis qu’elle m’a dit de rejoindre papa. C’est ça qui est louche.

– Écoute Emma, ton papa n’est pas en France actuellement. Son appartement est vide, à son bureau ils disent qu’il est en voyages au Japon pour les affaires. Ils disent qu’il est parti depuis plusieurs semaines déjà. Tu ne le savais pas ?

Elle le regarde, elle se tait. Son regard se perd entre lui et nulle part. Il ne faut surtout pas qu’elle se referme. Emma sait quelque chose, quelque chose qu’elle ignore encore.

– Inspecteur ?

Il tourne son regard agacé vers cet idiot qui l’interrompt à un moment crucial. Il n’a pas le temps de le rembarrer.

-Venez voir, vite, je crois qu’on a trouvé quelque chose dans la chambre…

 

 

15 réflexions sur “UNE PHRASE, UN TEXTE ! 6

  1. Ah non, mais tu ne peux pas nous laisser comme ça… hein!!
    J’aime beaucoup ce point de départ original, qui renverse ce que Fanny ou moi avons pu écrire.
    M’enfin bon, j’suis sûre que c’est un complot (pour la mère d’Emma, aussi!) et que vous l’avez fait exprès, toutes les deux, vous me laissez sur ma faim… C’est pas gentil… hi, hi, hi!

    Je file voir le dernier texte!

    J'aime

  2. Benedicte D.

    Palpitant….Mais j’ai besoin de plus doux aujourd’hui !!!!….Ceci dit tu sembles condamnée à continuer si tu ne veux pas une révolution de palais dans le cadre du blog de Fanny !!!!….Des bisous…..ça te réussit le suspens!….Tu es douée tu sais tu arrives toujours à aller où on ne t’attend pas….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s