ATELIER D’ECRITURE BRIC A BOOK #38

Par défaut

Voici ma participation à l’atelier d’écriture de Bric a Book

sur une jolie photo de © Julien Ribot.

Pour voir tous les textes, c’est ici ! et le mien, c’est là, juste en dessous :


 

Aujourd’hui, je suis de bonne humeur, rien ne pourra changer cela. Pas même le froid qui me glace le nez et le bout des doigts.

Le mois le pire de l’année est enfin terminé.

Il est trop long, rien à célébrer, rien à projeter, juste les excès des fêtes à accuser, et le printemps à espérer.

Trente-et-un jours à crever. Mais là c’est certain, ça se finit. C’est bien.

 

Je suis de bonne humeur, j’ai envie de rire. Rien ne l’empêchera.

Pas même la vue de cet arbre nu, comme planté de travers dans la terre, les racines à l’envers. Je ne l’entends pas me dire « viens sous mes branches pour te pendre ».

Bientôt il sera majestueux, des feuilles bien tendres l’habilleront.

Il me dira juste « viens sous mes branches pour t’étendre » et je me coucherai là, à l’ombre, enlaçant son tronc.

 

J’ai bien dormi cette nuit cachée sous ma couette. Tous les soirs, la pluie rythme mon sommeil, en s‘écrasant sur les carreaux.

Mais la journée sera belle, même si le ciel est gris-brumeux, même si les oiseaux n’y volent plus, n’y chantent plus non plus.

Même si le soleil se cache bien loin de lui, même si le vent seul s’y promène.

D’ailleurs, son souffle ne me gifle pas. Mais non ! Il me caresse. Au pire c’est une promesse, celle du printemps qui se profile.

 

Bientôt je courrai dans la campagne. Bon, pour l’instant je ne peux pas, la terre colle à mes bottes, elle s’agrippe et me supplie :

« Emmène-moi avec toi, ne me laisse pas là, rentrons ensemble près du feu, allez va ! »

Même le village là-bas ne me désespère pas. Il n’y arrive pas, la vie reviendra.

Dans quelques mois, les restaurants ouvriront leurs terrasses, les maisons, leurs volets, la place s’animera d’un bal pour le 14 juillet.

 

Vous voyez ? Aucune raison de déprimer.

Je crois que je vais quand même aller me recoucher.

27 réflexions sur “ATELIER D’ECRITURE BRIC A BOOK #38

    • Bonjour Sabine ! oui, je voulais être optimiste. En fait, après mon dernier texte pour Leiloona, j’ai reçu des messages directs ou déguisés pour savoir si j’allais bien, si je n’allais pas me jeter par la fenêtre. Je m’étais promis de faire un texte joyeux pour le suivant. Cette photo ne m’a pas aidé à être drôle, mais plus optimiste, si ! belle semaine à toi :)

      J'aime

  1. Benedicte D.

    Moi j’aime bien Janvier, je m’y repose de Décembre!!!! Joli texte en forme de bulle toute légère qui vous éclate sous le nez comme une bulle de champagne……Et ce truc il n’y a pas de saison pour en boire même sous la couette!

    J'aime

  2. Chouette texte. ah ah. La dernière phrase sème toutefois le doute…
    sinon, es-tu elastic-girl pour pouvoir enlacer le tronc d’arbre ? (non mais tu as vu sa taille???)
    dans le même esprit « je chipote », les branches ne sont pas assez horizontales pour pouvoir se pendre (le chêne est préféré ; en plus l’arbre est plus noble symboliquement).
    merci !

    J'aime

  3. caribou78

    J’adore ! Plein de gaieté, d’un mouvement froid et sec. Comme ces longues journées d’hiver où je me suis tellement amusé, par -15 °C. Mais bon, on a l’habitude. A tout à l’heure :-)

    J'aime

  4. j’aime l’hiver pour ce qu’il annonce, parce qu’on croit que jamais rien ne pourra repousser alors que dans quelques temps les bourgeons pourront éclore. Et puis voir ce qui est beau, ce qui va arriver… c’est l’optimisme et c’est la vie !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s