ATELIER D’ECRITURE BRIC A BOOK #29

Par défaut

Sur une magnifique photo de © Marion Pluss , voici ma participation à l’atelier d’écriture de Leiloona, pour commencer la semaine. Cet atelier a 5 ans ! Je suis fière d’y participer depuis presque un an…

N’hésitez pas à laisser un commentaire…

Pour voir tous les textes,c’est ici ! et le mien, c’est là, juste en dessous :


Donne-moi la main, et serre-la bien. Ne me lâche pas.

Protège-moi de mes soucis, de mes tracas, des gens qui blessent et qui ne le voient pas,

Promène-moi dans tes jeux et dans tes rêves. Dans tes histoires et tes cachettes

Présente-moi tes amis imaginaires, et ces animaux merveilleux qui n’existent que dans tes yeux.

Ne me laisse pas t’embarquer dans les ennuis de la vie. Donne-moi plutôt un baiser et caresse de tes doigts potelés les petites ridules de ma paume crispée.

Donne-moi ta main et laisse-toi faire : ne t’empêche pas de me faire sourire.

Emmène-moi où l’on va rire, courir, se rouler dans l’herbe. ..

Couronne de pâquerettes, se chatouiller avec les tiges, mais pas le droit de rire ! Manger les figues en haut de l’arbre sans tomber,  parler fort en faux anglais avec un accent en papier mâché… Le premier arrivé au rocher ! s’écorcher les pieds. Sauter du rocher plat. Compter combien on met pour aller au village et revenir. Vendre des coquillages, se raconter des fantômes. Se coucher dans un câlin, sans souci, rêver de licorne et de mer, comme des mômes…

La perspective du lendemain comme seule espérance.

Ne pas penser, juste respirer.

Donne-moi la main, raccompagne-moi dans ce monde que j’oublie, et tenons-nous chaud.

Je te protègerai de la douleur, tu me protègeras de la peur.

18 réflexions sur “ATELIER D’ECRITURE BRIC A BOOK #29

  1. Ludo

    Je n’étais pas venu depuis si longtemps et je retrouve un texte frais, plein de vie et d’espoir, de rêves de mômes comme on ne devrait jamais arrêter d’en faire!!! Chouette! Merci!

    J'aime

  2. Garder un regard d’enfant sur la vie…. Ce que nous, adultes oublions si facilement… Finalement, avoir le syndrome de Peter Pan, c’est plutôt une bonne chose ;-) L’imaginaire de l’enfant peut s’exprimer grâce à la présence protectrice de ces parents. Merci pour ce texte Anne-Véronique, ça mon courage à conserver mon âme d’enfant :-)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s