ATELIER D’ECRITURE BRIC A BOOK#15

Par défaut

Voici ma 15ème participation  à l’atelier d’écriture de Bric à Book et une très belle photo de Kot.

Pour découvrir tous les textes chez Leiloona, c’est ici !


Allo Papa Tango Charly

Je l’attends sur le quai depuis quelques minutes, mais ce n’est pas grave d’attendre.

Il doit être 7 heures, pas davantage. Le froid me coupe un peu les joues, je mordille la lanière de mon k-way qui me protège du vent. Mais il n’y a pas tellement de vent.

Un joli k-way jaune un peu trop grand. J’y cache mes deux poings serrés, et le reste de mon corps tout emmitouflé ; je suis un peu stressée.

Je sautille d’un pied sur l’autre pas très discrètement. S’il arrive, je ne veux pas qu’il voit que je l’attends depuis un petit moment. Je ne veux pas être impatiente.

Pourtant je le suis.

C’est un jour idéal, un temps idéal. L’eau, douce et salée, apaisante, épaisse, ondule très lentement, imperceptiblement.

Je n’entends que les drisses des bateaux sur les mats, qui carillonnent gaiement, poussées par la brise venant du large. Elles annoncent le début des activités, les pêcheurs qui ne vont plus tarder à revenir, les plaisanciers qui se réveillent à peine, et ceux, qui, comme moi, naviguent entre deux eaux.

Au large, le ciel s’assombrit, il semble courir vers la côte. La mer est calme mais pour combien de temps ? le stress monte en même temps que le niveau de l’océan.

Et si je ne supportais pas ? Et si ça tanguait trop ? Et si j’étais malade ?

Mieux vaut ne pas y penser. Hier, un verre dans le nez, je lui ai dit que je le suivrai, que  « j’étais cap ».

Je ne pensais pas au bateau, je pensais à la vie. Je ne pensais pas une promenade, je pensais Le chemin. Tout le chemin : Le quotidien, ses vagues, ses creux, ses surprises et ses mystères.

Mais lui ne m’a pas vu venir, il croit juste que la petite parisienne veut faire sa fière et partir pêcher de bon matin avec un gars du coin.

Il m’a dit :

« Ok, si t’es cap, rendez-vous demain, 7 heures, sur le quai. »

Et il est parti. Et maintenant, je suis ici. Avec mes bottes en caoutchouc, ma vareuse sous mon K-way, et mes espoirs sous ma capuche.

Rien de très séduisant. Tant pis, j’essayerai d’être drôle sans être ridicule : Ma mission de petit mousse… Ah ! Il arrive… J’ai très chaud.

«  Ken-allo, Papa Tango Charly ! »

Et là : Sourire crispé, j’entends au loin, dans mon esprit dérangé, le roulement de tambour de l’orchestre qui me suit… Je me visualise : ma jambe droite en avant, les bras ouverts, le regard humble et content, le buste penché : le salut à la foule applaudissant comme il se doit.

Et très émue d’avoir osé un brin d’humour matinal, je pense « Tadaaaaaa : Welcome in mon monde très très drôle et plein de finesse, joli breton de mon coeur !  »

mais, évidemment, je ne le dis pas…

« … ? » Oups… il n’a pas compris…

« Mais si… C’est parce que : Ken-Allo pour Kenavo, … et comme la chanson, c’est du morse et on part en bateau… et tu t’appelles Charles pour Charly… »

Il me décroche un demi sourire : le coin de sa lèvre droite remonte très subtilement sous son œil, qu’il plisse légèrement. A moins que ce ne soit une grimace, ou un signe d’inquiétude…. et m’offre un petit

« Ah oui ! ok… On y va ? »  en dodelinant de la tête…

Je n’aime pas quand on dodeline de la tête. Je me sens bête…

C’est sûr, moi qui veut le draguer, l’appeler Papa, ce n’est pas gagné…Et puis le jeu de mot tout nul sur Kenavo, franchement j’aurais pu éviter…

Bon… Essayer de ne pas être drôle. Juste essayer d’être moi, une petite nana, amoureuse de toi, et te suivre au bout du monde, si c’est là que tu vas…

« Bien sûr qu’on y va ! Cap tout droit ! »

40 réflexions sur “ATELIER D’ECRITURE BRIC A BOOK#15

  1. Hum, non beurk ! très beau texte qui a ravivé ma première sortie en bateau. je suis passé par le vert, le rouge et le violet, mais j’ai tenu bon. Aujourd’hui je suis monté avec vous et je ne le regrette pas, merci.

    J'aime

  2. « Mes espoirs sous ma capuche » : c’est joli ! :) On retrouve ta sensibilité et ton humour, j’aime bien ton texte qui décrit bien les premiers émois amoureux avec les grandes questions qui vont avec …

    J'aime

    • Merci…. on peut être maladroite même très adulte quand on est au début d’un amour ! Cette maladresse est pure et je trouve dommage qu’on ne la garde pas plus longtemps. Ah le climat breton. Ne le dis pas mais c’est parce que je l’aime ! :)

      J'aime

  3. J’ai connu ça il y a quelques moi, cette impossibilité à être soi lorsque l’on est amoureuse, les réflexions qui tombent à plat. On essaie d’impressionner et on est complètement à côté d ela plaque ! Merci pour ton texte !

    Aimé par 1 personne

  4. trezjosette2

    que c’est joliment écrit, j’aime cette petite nana amoureuse maladroite avec son jeu de mot niveau zéro … faut lui dire kénavo c’est adieu et pas bonjour…son marin pêcheur va tomber dans ses filets c’est certain !

    J'aime

    • Oui là où j’ai mal fait c’est qu’elle ne devrait pas les drisses si elle n’est jamais montée sur un bateau. Mais employé mal Kénavo me faisait marrer…. c’est pour le jeu de mot quoi… mais du coup c’est normal qu’il n’ai rien compris ! Merci pour ta venue trezjosette c’est toujours un plaisir :)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s